Zoothérapie:
la thérapie assistée par l'animal
n° siret: 515 159 671 000 12
code APE: 9609z

 

Présentation de la zoothérapie

Zoothérapie :
La zoothérapie est une thérapie utilisant l’animal comme médiation. Elle s’exerce en séances individuelles ou en petit groupe. L’animal est consciencieusement sélectionné et éduqué, sous la responsabilité d’un professionnel appelé le zoothérapeute. C’est une méthode de travail qui tente de favoriser les liens naturels et bienfaisants, entre les humains et les animaux, et qui s’applique à toutes les activités impliquant l’utilisation d’un animal auprès de personnes, à des fins préventives, thérapeutiques ou récréatives. La zoothérapie mise sur la réceptivité dont fait preuve l’animal de compagnie et sur son potentiel de stimulation et de motivation.
Depuis peu, le terme de thérapeute, et donc de zoothérapeute, est réservé aux titulaires d'un diplome reconnu (psychiatres, psychologue). Le terme de zoothérapeute sera donc de moins en moins utilisé au profit d'autre appellations: intervenant en médiation animale ou praticien en médiation animale.

"  Les psychothérapies dites "à médiations" sont utilisées dans le but de produire un effet de langage, et plus précisément de parole, là où elle fait défaut, là où elle est en souffrance. Elles prennent leur valeur d’être proposées comme un embrayeur de processus associatifs, de mise en marche de l’activité de liaison et de symbolisation." (CHOUVIER B, Les processus psychiques de la médiation, p15, 16)

 

 médiation : " Les médiations thérapeutiques entrent en jeu là où le travail thérapeutique ne peut se penser dans un espace qui se baserait sur la parole seule, parce que cette dernière est difficile ou impossible du moins d’emblée. (…) Il est des fois où une activité particulière devient le support même de la thérapie. Les prises en charge des patients psychotiques en constituent l’exemple le plus généralisé. Une telle activité thérapeutique permet l’expression d’un langage autre que verbale, ce qui est intéressant quand celui-ci est délirant, voire inexistant. Un autre intérêt se situe dans la fonction tierce du médiateur qui prend place entre le patient et son thérapeute, quand la situation duelle pose problème."  (Natacha AYMON-GERBIER, (2000), Médiations thérapeutiques, Le journal des psychologues n°182, p21

.)


 

 


Créé avec Créer un site
Créer un site